VIA COMPOSTELA, Des monts du Velay à la Costa da Morte

Témoignage (Terminé)VIA COMPOSTELA, Des monts du Velay à la Costa da Morte

Aventure / Chaleureux / Drôle / Histoire vraie / Intime / Introspection / Nature / Naturel / Quête / Rapports humains / Récit / Sacré / Voyage / Jeunesse / Jeune adulte / Adulte / Amitié / Témoignage / Campagne / Espagne / Forêt / France / Marche / Montagne / Auteur·trice
Arborescence

Description

Témoignage authentique d’un voyage pédestre à Saint-Jacques-de-Compostelle. Certes un de plus, mais unique par le contenu. Unique, mais universel par le thème, quelle que soit sa dénomination : recherche de soi, quête de la vérité, rencontre avec la foi ou rapport aux autres ! Ce livre d’histoires quotidiennes relate l’aventure extraordinaire d’un homme ordinaire…

Parti seul à pied du Puy-en-Velay jusqu’à Santiago de Compostela, puis au Cabo Fisterra en Galice, l’auteur raconte son chemin de Saint-Jacques. D’étape en étape, il décrit : ses émotions, ses petits miracles du jour, sa solitude parfois, ses moments d’exaltation, ses doutes aussi, ses rencontres inopinées, son rendez-vous avec l’amitié, son arrivée devant la cathédrale mythique, son parcours jusqu’à la Costa da Morte, puis son retour. Sur la Via Podiensis, en France, et sur El Camino Francès, en Espagne, ce chemin d’itinérance, tracé par les Hommes pour les Hommes depuis la nuit des temps, se déroule tantôt docile, parfois réfractaire, toujours merveilleux. Est-il magique à ce point que chacun deviendrait meilleur après l’avoir parcouru ? Partant marcheur, en revient-on pèlerin ? Légendes ou réalités ? Ce récit ambitionne de raviver les souvenirs de celui qui a déjà marché jusqu’à Saint-Jacques, d’inviter celui qui a commencé le périple à le poursuivre jusqu’au bout, d’inciter celui qui ne l’a pas encore imaginé, à oser Compostelle.

Mots clés

Registres :

  • Aventure

Thèmes :

  • Histoire vraie /
  • Introspection /
  • Nature /
  • Quête /
  • Rapports humains /
  • Voyage /
  • Amitié /
  • Campagne /
  • Espagne /
  • Forêt /
  • France /
  • Marche /
  • Montagne

Publics :

  • Jeunesse /
  • Jeune adulte /
  • Adulte

Ambiances :

  • Chaleureux /
  • Drôle /
  • Intime /
  • Naturel /
  • Sacré

Genres :

  • Récit /
  • Témoignage

Métier :

  • Auteur·trice
Auteur·trice :  José CASATEJADA José CASATEJADA
Illustrateur·trice :  --
Public :  Tout public

Écrits
(1)

  • Extrait - VIA OMPOSTELA, Des monts du Velay à la Costa da Morte Lire l'intégralité de VIA OMPOSTELA, Des monts du Velay à la Costa da Morte (Extrait)

    Dernière modification le 23/01/2019
    " Le dîner consommé, nous regagnons l’hébergement. Je me glisse au fond du lit et songe à ce que je vis intensément jusqu’à présent. Alors me viennent à l’esprit, les paroles prononcées par Catherine, à Rieutort d’Aubrac. Elles concernaient les stades successifs que traverse le pèlerin au fur et à mesure qu’il progresse. J’en ai distingué quatre depuis le dé-part, mais il peut s’en présenter d’autres, car le voyage n’est pas achevé. La période la plus nette est, pour moi, la première. Celle où, seul face à l’aventure, une sensation nouvelle de liberté m’envahit au point de provoquer une excitation tangible. Elle semble s’être prolongée jusqu’à ce que la routine quotidienne s’établisse, faisant décliner progressivement l’intensité de l’euphorie. Cependant, sans l’annihiler complètement, à tel point qu’elle reparaît à chaque situation nouvelle, bien qu’elle n’atteigne plus le même degré de paroxysme.
    Les rituels établis et intégrés, la seconde phase se manifeste par une période de réflexion, axée sur un sujet essentiel, moi. Une multitude de questions surgissent, de simples à complexes, se rapportant aux actes, aux paroles, aux pensées, au passé, au présent, au futur. Les réponses ne sont pas toujours claires et suscitent parfois d’autres questions qui apportent d’autres réponses. En définitive, la recherche d’explications est fructueuse parce que favorisée par le temps illimité que l’on peut y con-sacrer. Dans sa globalité, cette phase s’est prolongée environ une quinzaine de jours, par intermèdes plus ou moins prolongés. Elle revient de façon régulière dès que je ressens le besoin de marcher sans parler, de m’isoler mentalement.
    Après « moi », il y a « elle ». La troisième période a été la plus longue, jusqu’à présent. C’est celle où les questions se portent sur « nous ». Cette séparation volontaire, imposée par ma démarche, a déclenché en mon for intérieur, une réflexion inattendue et déstabilisante. Elle a mis en doute certaines de mes certitudes. Parfois exaltante, parfois douloureuse, elle m’a été salutaire à terme. A Saint-Jean-Pied-de-Port, je l’ai relatée dans les moindres détails à Sylvie. Elle a parfaitement compris mon état d’esprit. Attribué à une élégie du poète latin Properce , le proverbe « Loin des yeux, loin du cœur » est inapproprié, pour moi. Je peux amoureusement l’adapter en pensant à « elle » et l’écrire : « Loin des yeux, près du cœur ».
    La suivante, et actuelle phase, est celle du rapport à l’Autre, plus exactement pour ma part, du contact avec l’Inconnu. Mon naturel timide, voire méfiant, et un faciès de sévérité apparente contribuent souvent à me caractériser comme étant d’un abord malaisé, sinon pis. En fait, c’est davantage pour moi une attitude, un masque protecteur qu’une réelle froideur, mais, qu’en maintes circonstances, j’ai délibérément affiché. Or depuis le début de l’aventure, je me surprends à aller vers les autres. Sans fard ni artifices, sans attendre qu’ils viennent, je les aborde décomplexé, je leur souris, j’éprouve du plaisir à leur contact, je dialogue avec eux. Bien entendu, l’« effet miroir » opère en retour et j’en suis comblé. En tout, il me semble faire les premiers pas ! "

Médias
(1)

Cette Création est recommandée par...

  • Il n'y a encore aucune recommandation. Soyez le premier à donner la vôtre.

Liens
(2)