Les Légendes du Chêne Blanc

Nouvelle·s / Novella·s (Terminé)|Les Légendes du Chêne Blanc

Description

Public :  Tout public

Sa lignée remonte à l'aube des temps, bien avant la naissance des hommes, aux commencements des dieux. Depuis mille âges il étend au dessus des vastes terres sa ramure majestueuse et accueille entre ses racines les conteurs. À la lumière des grands feux il est le sanctuaire sacré où revivent les héros et les monstres de jadis. Il est le chêne blanc à l'écorce de neige, le vert seigneur à l'âme immortelle, toujours renaissant, et dans mille légendes il trouve sa place.

Mots clés

Public :  Tout public
Auteur·trice : 

Éditions (2)

Éditeur
Support
Format
Prix
Kairos Chimera | À la française
Support :  Papier
Format :  À la française
Prix :  15,00 €
Les Légendes du Chêne Blanc
Les Légendes du Chêne Blanc Kairos Chimera
Support :  Papier
Dépôt légal :  24/09/2020
Publication :  -
Format :  À la française
ISBN-13 :  979-10-90007-01-7
ISBN-10 :  -
Prix :  15,00 €
Poids :  -
Couleur :  Noir & Blanc
Pages :  342
Langue :  Français
Accessibilité :  -
Kairos Chimera |
Support :  Numérique
Format : 
Prix :  4,50 €
Les Légendes du Chêne Blanc
Les Légendes du Chêne Blanc Kairos Chimera
Support :  Numérique
Dépôt légal :  24/09/2020
Publication :  24/09/2020
Format : 
ISBN-13 :  979-10-90007-01-7
ISBN-10 :  -
Prix :  4,50 €
Poids :  -
Couleur :  Noir & Blanc
Pages :  -
Langue :  Français
Accessibilité :  -

Profils associés
(1)

Événements associés
(2)

Créations associées
(2)

Écrits
(3)

  • Mot De L'éditeur - Les Légendes Lire l'intégralité de Les Légendes (Mot de l'éditeur)

    Dernière modification le 18/09/2020
    Voici pour vous les légendes du chêne blanc qui vous seront dans ce grimoire contées:


    Le forgeur d'âmes
    La cité aux mille sources
    Le chant des chimères
    Le sceptre de Fratanort
    La terre des damnés
    Le chevaucheur d'ophax
    L'oeil de Limnos
    Le crépuscule de l'Ours-Lune
    L'âme du chêne blanc
  • Extrait - LES LÉGENDES DU CHÊNE BLANC - Le forgeur des Âmes Lire l'intégralité de LES LÉGENDES DU CHÊNE BLANC - Le forgeur des Âmes (Extrait)

    Dernière modification le 18/09/2020
    Depuis sa création il s’était toujours senti rasséréné par leur compagnie, avait cent mille fois pris leur apparence pour en changer mille milliers de fois. Lorsqu’au néant s’en retournaient les âmes bestiales d’antiques fureurs le dominaient, d’ancestrales douleurs déchiraient son cœur. De ses mains alors il éventrait la terre, creusait d’un assaut le lit d’une rivière, emplissait les lacs de ses pleurs. Dans la mort et la peine d’autres vies trouvaient joies et quiétude. En ces terres d’autres bêtes, trouvant ici un refuge, chantaient ses louanges, lui offraient sans mesure leur amitié, leur compagnie. Et ses frères titans riaient sous cape de ce bâtisseur qui se trouvait l’esclave de son cœur, incapable de laisser cours aux rages primales qui les animaient tous.
    Les étincelles de vie s’embrasaient puis s’éteignaient auprès de lui, lueurs vacillantes dans le tumulte du chaos. Il observait leurs danses, étranges et fascinantes, pareilles aux errements des flammes des grands brasiers. D’un mot il apaisait les esprits des vents, d’un autre les enhardissait à plus de vigueur. Alors il regardait les étincelles embraser l’azur et briller des mille feux dans la lueur du jour naissant. Elles faisaient l’astre d’or flamboyant, chassaient les ombres mauvaises, donnaient aux vagues des vastes eaux le scintillement de milliers de diamants.
    Il avait pour elles toutes les attentions, les accueillait en son sein immortel, les couvrait de mille écus, tentait de les protéger d’un inéluctable trépas. Pourtant, au fond de son cœur titanesque, une voix plus sourde et plus sombre l’appelait.
  • Extrait - LES LÉGENDES DU CHÊNE BLANC - La Cité aux Mille Sources Lire l'intégralité de LES LÉGENDES DU CHÊNE BLANC - La Cité aux Mille Sources (Extrait)

    Dernière modification le 18/09/2020
    L’air était doux à son âme, les vents de mort et d’espérance le portaient avec aisance, le menant tour à tour au milieu de la foule et dans l’ombre de la terre, sur le chemin des fleuves de feu. Il vit mille créatures, sentit dans le frémissement de la terre la marche de la meute, vit dans le cœur des ombres les arcanes et l’aura des esprits. Le temps en ces heures n’avait plus cours pour Omodamos. Il n’était plus qu’une âme parmi la multitude, découvrait dans les troncs les âmes endormies, dans les sources les esprits, dans les chemins obscurs d’autres voyageurs qui, comme lui, ne possédaient pour tout bagage que l’éternité. Sous son apparence animale il errait, croisant les regards de gens de magie qui, l’apercevant, lui faisaient les saluts réservés aux rois. Aux sources il venait s’abreuver, évitant les loups, saluant les émissaires de Thépis, bravant les souffles de mort et les psychopompes qui lui voulaient donner la chasse.
    Devant les bannières de Mortis il se dressait, puisant dans l’humanité et les arcanes une nouvelle apparence. Il laissait libre cours à sa nature, découvrait dans ce voyage la véritable étendue des forces qu’il gardait en lui prisonnières depuis des milliers de lunes. Il voyait, dans le reflet des ondes, dans les premières glaces et dans la clarté du cristal son corps changer. Il laissait aller ces humeurs et ces forces, grandissait à la mesure des lions des monts, errait sans but, n’ayant pour toute compagnie que celle des âmes errantes. Et dans l’air s’élevait le chant de mort et de vie, le chant ancien et grave qu’une voix familière entonnait.

Cette Création est recommandée par...

  • Il n'y a encore aucune recommandation. Soyez le premier à donner la vôtre.

Liens
(1)